Le temps des récoltes : Du 16 au 23 octobre (Shangri-La > Dali)

27 octobre 2019 3 Par L'Envol à Vélo

On « redescend »


Ça y est, nous repartons enfin sur nos vélos, après avoir récolté nos précieuses extensions! Après 10 jours nous commencions à ne plus savoir quoi faire et à devenir des guimauves. Nous avons beaucoup étudié la suite de notre aventure en global mais pas réellement en détails notre route pour rejoindre Dali, prochain objectif. Nous savions que nous continuerions à nous amuser avec des cols mais nous les avions sous estimés en longueur et en hauteur. D’autant plus que durant ces quelques jours nous allons redescendre en dessous de 3000m d’altitude, Dali étant bien plus bas que Shangri La. Le mot descente n’a plus vraiment de sens finalement, et le redémarrage après une semaine relax est bien difficile !

Nos amies pour les prochains jours
Dernier mont enneigé avant un petit moment !
Pour le plat, on attendra
Plaine juste avant les gorges


D’autant que qui dit cols, dit reliefs et nous sommes de nouveau plongés dans de très beaux paysages où nous serpentons le long de vallons tous plus beaux les uns que les autres. Ces montagnes sont habitées et l’homme a façonné ses flans en de grandes terrasses. Nous sommes en pleine période de moisson, ainsi les terrasses sont multicolores et offrent le spectacle du dur labeur des locaux. Toutes les récoltes se font à la main, nous les voyons récolter le mais épi par épi, couper les céréales en faire de petites touffes soit pour les laisser sécher au soleil, soit pour les rassembler en mottes et les porter sur leur dos pour les apporter à leur véhicule sur le bord de la route.


Dans cet environnement nous avons un peu plus de mal à trouver un emplacement de bivouac mais nous rappelons que le plus souvent, nous trouvons de quoi camper au dernier lacet avant un col, où nous sommes majoritairement plus loin des habitations.

Au troisième jour, nous arrivons aux gorges du saut du tigre. Elles sont traversées par le fleuve Yangtze dont nous n’avions pas idée qu’il était le troisième plus grand fleuve du monde, juste derrière l’Amazone et le Nil, rien que ça ! Nous avons la mauvaise surprise de découvrir que l’accès à la route est payant pour les touristes et sommes stoppés à la « billetterie ». Le ticket est de 45 yuan par personne ce qui est conséquent pour notre petit budget quand on veut simplement prendre les 30km de route à vélo! Nous négocions avec les deux policiers présents leur expliquant que nous n’avons jamais eu à payer pour rouler 10 000km depuis la France… Ils comprennent que nous sommes bien déterminés à ne pas payer et ne voulant pas s’embêter plus que ça, ils nous demandent si on s’arrête dans les gorges pour la nuit. Non ? Ok donc comme vous ne visitez pas (comprendre ne visitez pas comme les autres), vous pouvez passer !
Hourra !

Entrée des gorges, environ 3000m de falaises de chaque côtés


Nous y passons un superbe après midi, le passage dans ces gorges nous rappelle que nous sommes de bien petites choses tant les falaises sont grandes et impressionnantes.

Vue depuis l’entrée des gorges
Des touristes se proposent de nous prendre en photo
C’est pas tout plat, mais que c’est beau !


Nous mangeons à côté d’une cascade où nous pouvons nous rafraîchir car le soleil est au rendez-vous ! Nous sentons que nous descendons en latitude et en altitude, avec la chaleur qui revient avec une moyenne de 25 degrés l’après midi. Rien d’excessif, mais nous sommes encore au « nord » du Yunnan et à plus de 2000m d’altitude, nous appréhendons la suite.

Mission bivouac


Nous avons la mauvaise surprise de découvrir une vallée étroite très urbanisée et cultivée lorsque nous sortons de la féerie des gorges, vallée où nous avions prévus de camper. Après plusieurs recherches, une tentative avortée avec la rencontre des nouvelles meilleures amies de Noëmi, nous trouvons une parcelle de terre, le long du fleuve qui n’est pas cultivée sûrement car inondée une partie de l’année.

Goden orb spider. Effrayante mais pas dangereuse.

Etant proche de la civilisation malgré notre « cachette », nous laissons nos vélos sur place pour aller à un restaurant repéré à quelques pas de là.
Une fois le repas pris, la restauratrice nous demande « mais vous venez d’où comme ça à pied ? ». De là-bas en montrant le village, ne sachant pas s’il y a un hôtel ou non.
Elle nous suit un peu de regard quand on repart, par curiosité. Elle a dû se poser beaucoup de questions !


On quitte le fleuve Yangtze et sa vallée

En arrivant à proximité de Dali, nous arrivons dans nos premières grandes vallées qui sont très étendues et dans lesquelles nous retrouvons cette même effervescence de la récolte mais à plus grande échelle, non pas par la taille des parcelles mais par leur nombre et le nombre de personnes présentes dans les champs.

Nous croiserons aussi quelques carrières et des milliers de tombeaux, fontaines et dalles en pierre le long de la route, avec des tailleurs et tailleuses en plein travail, rythmant nos coups de pédales avec leurs burins.



Nouvelle nuit à venir donc nouvelle mission bivouac. Nous avions repéré des lacs sur notre appli GPS, à l’écart de la ville et nous nous voyions déjà arriver tôt,se baigner sur une jolie plage avec l’abri d’un arbre.. Nous avions juste oublié un truc : on est en Chine et chaque parcelle de terre est utilisée, que ça soit en vallée ou sur les collines.
Ce lac est entouré par des villages et champs et il nous est même impossible de trouver un accès à celui-ci… Cela nous permet de visiter quelques villages très reculés de la route principale, où nous surprenons par notre présence. Bref, nous devons changer de stratégie et essayons de rejoindre le flan des montagnes alentours pour essayer de trouver un coin de bivouac discret. Chose faite en prenant un peu de hauteur et en poussant les vélos !

Il est ou le lac ?
On s’en sort pas trop mal !


Dali


Le lendemain nous sentons que nous nous rapprochons des axes principaux lorsque notre route devient une 2×2 voies. C’est perturbant mais au final comme les limitations de vitesses sont basses, nous nous sentons en sécurité.
Sur cette route, nous sommes doublés par deux jeunes filles sur un scooter, qui s’arrêtent et qui nous demandent si elles peuvent nous prendre en photo ! Ce n’est pas la 1ère fois que nos visages pâles sont photographiés par des locaux, cela nous amuse.


Nous arrivons sur le grand lac de Dali que nous comptons longer. Nous sommes surpris de découvrir des stands photos ayant tous les mêmes décors jusqu’à la couleur des accessoires.


Les bordures du lac en travaux, nous ne pourrons finalement pas le longer beaucoup. Nous découvrons par ce biais le centre de beaucoup de jolis petits villages qui nous introduisent bien à Dali, qui aura la même architecture.
Nous arrivons par le Nord où nous découvrons les 3 pagodes les plus vieilles de Chine qui ont été construites il y a plus de 1800 ans. Nous traversons la vieille ville à pied à côté de nos vélos, en se frayant parfois difficilement un chemin entre les groupes de touristes emmenés par mini bus (non ils ne sont pas qu’à Paris, c’est pareil ici 😋 )

Le gros changement que nous remarquons est au niveau des temples : l’architecture et l’organisation n’est plus la même que proche du Tibet. Bien que nous voyons quelques bouddhas, nous ne savons pas trop si les temples rencontrés sont bouddhistes, taoïstes ou autre..


15 km plus tard, nous rejoindrons nos hôtes, Tanya et Serguei, chez qui nous passerons 3 nuits et où nous ne serons pas les seuls de passage.


Ce sont deux russes, qui sont arrivés en Chine il y a quelques mois et qui s’y sentent très bien ! Ils sont intéressés par la culture Chinoise qui est très profonde selon eux.

Nous avons des échanges très intéressants, bien que parfois troublants. On est accueillis comme des rois, avec même l’option petit déjeuner au lit ! Nous avons plaisir à leur cuisiner une belle ratatouille de chez nous, qui est très appréciée.

Nous ferons des infidélités à nos vélos en allant asseoir nos postérieurs sur des biclous de location, pour se balader autour du vieux Dali, entre prise de hauteur et les abords du lac.

Photos à venir 😁