Retour en terrain connu : Du 18 au 28 octobre (Clermont-Ferrand > Annecy)

Retour en terrain connu : Du 18 au 28 octobre (Clermont-Ferrand > Annecy)

5 novembre 2020 0 Par L'Envol à Vélo

Cette étape commence de la meilleure des façons : une belle journée de soleil, sans bagages !

Comme Estelle, Maxime et Marion nous rejoignent le soir sur le chemin, ils nous ont délesté de toutes nos affaires : on a l’impression de voler sur la route.

Nous passons les 22 000 kms en début de journée… Atteindrons nous les 23 000 ?? 😁

Nous nous éloignons petit à petit du massif des Puy, nous offrant une belle vue panoramique sur l’ensemble de la chaine. Nous sommes étonnés de voir le nombre important de châteaux le long de la route dans cette région, que nous ne connaissions pas, bien que proche de Lyon.




Au fur et à mesure de kilomètres, nous plongeons dans le massif des monts du Lyonnais. Nous redécouvrons avec plaisir cet environnement dont nous étions voisins lorsque nous étions Tassilunois. Nous en profitons pour passer par le village de Saint Martin en Haut, où Noëmi aimerais poser nos valises. Nous y découvrons une vue imprenable sur les Alpes. L’emplacement est validé, il ne restera plus qu’à chercher un logement! Comme son nom l’indique, le village est sur les hauteurs et nous nous offrons pas loin de 30km de descente ou faux plat descendant pour rejoindre Lyon où nous resterons quelques jours.




On vit notre passage à Lyon comme un pèlerinage de nos années Lyonnaises. Tout d’abord par un passage à Tassin où nous vivions, puis en rejoignant nos amis chez qui nous nous retrouvions souvent. Nous arrivons pile poil le weekend de leur déménagement après 6 ans dans leur appartement. L’occasion de vivre avec eux cette nouvelle page qui se tourne.


Clin d’oeil au club de Tassin parapente
Passage sur les quais de Saône
Photo symbolique devant Renault Truck où nous avons tous les deux travaillés

Avant de quitter la région Lyonnaise en direction de Chambéry, nous faisons un stop à Saint Priest chez un ami qui était revenu de son tour du monde quelques mois avant que nous partions à notre tour. L’occasion de parler nos expériences respectives et de se replonger dans nos souvenirs.

En repartant nous réalisons une fois de plus la magie du voyage à vélo qui nous fait redécouvrir les régions sous un angle bien différent. Entre la période où Antoine habitait sur Annecy et nos trajets avec le club de parapente pour aller voler dans les alpes, nous avons parcouru un nombre incalculable de fois le tronçon entre Lyon et Chambéry et nous prenons conscience que l’on ne ressent rien du relief qui nous entoure en passant par l’autoroute, car c’est pas plat !





Le couvre feu a été étendu au département lorsque nous étions à Lyon, on ne prend donc pas le risque de bivouaquer, même bien cachés. Nous sommes attendus par Sophie et Pascal à Saint Genix. Nous n’avons « plus que » 35 bornes à parcourir pour rallier Chamonix et décidons, une fois n’est pas coutume, de passer par le col de l’Epine en passant par le déco du lac d’Aiguebelle. Ce déco à une saveur particulière pour nous puisque c’est ici que nous avons volé en autonomie avec le club pour la première fois. Coup de chance, c’est un jour où l’on peut voler et nous rencontrons d’autres pilotes avec qui nous organisons une navette pour qu’Antoine puisse voler.

Pascal est luthier et avec Sophie, ils tiennent une boutique dans le centre de Chambéry. Après une descente fraîche sur la ville, nous passons les voir, le temps d’un café pour découvrir leur boutique toute neuve d’avant le confinement. Heureusement pour eux, le bouche à oreille fonctionne plutôt bien et les clients continuent de venir découvrir leur atelier.
A Chambéry, nous sommes hébergés par Flore et Adelin. Flore est la soeur d’Anabelle qui nous avait hébergé dans les Pyrénées. Ainsi, nous aurons rendu visite aux deux sœur que nous avions croisé en Norvège! 😁



Nous voilà donc officiellement arrivés dans les Alpes, dans une partie que nous connaissons bien ! Pour aller à Annecy depuis Chambéry, nous prenons le chemin le plus sympa, donc forcément loin d’être le plus plat. On se régale avec les couleurs d’Automne pendant notre traversée des Bauges jusqu’au col de Leschaux, déjà gravi un bon nombre de fois par Antoine, quand il habitait à son pied.

Ainsi nous retrouvons la beauté du lac d’Annecy, passons par Sévrier rendre une visite à l’ancien propriétaire d’Antoine avec qui nous avons gardé contact. Sylvain nous retrouve sur la piste cyclable qui longe le lac et tous les trois nous prenons la route de son nouveau chez lui.



Petit rappel pour Sylvain : nous avons roulé avec lui deux jours au Laos, en compagnie également de Max !

Max et Anabelle nous ont hébergés dans les Pyrénées, Flore et Sylvain dans les Alpes : Une boucle est bouclée 😁

Sinon, tout comme Lyon, nous avons un grand attachement à Annecy et prenons plaisir d’y retrouver nos amis. Ainsi, nous partageons un repas avec Alexandra, et croisons au détour d’une rue Caroline que nous devions rejoindre pour le weekend, plan annulé avec l’annonce du confinement. Ce sont deux anciennes collègues d’Antoine, devenues amies, lorsqu’il travaillait sur Annecy.

D’ailleurs, ces nouvelles retrouvailles seront probablement les dernières avant un moment, comme nous serons confinés dans 48h….

Confinés, oui, mais où et comment ?