Découverte tranquille du Southland : Du 10 au 16 mars (Pukakki > Queenstown)

29 mars 2020 4 Par L'Envol à Vélo

Cette région néo zélandaise nous a déjà offert des paysages magnifiques notamment avec les lacs Tekapo et Pukkaki. La petite semaine nous emmenant à Queenstown sera tout aussi riche au niveau des paysages : en bref, on se régale tous les jours !

On se dirige ainsi vers le sud.. Dos au soleil ! Ça a été un peu compliqué de s’orienter avec lui les premiers jours, devant s’habituer à le voir au nord et non plus au sud, ayant changé d’hémisphère 🙂



Premières randos et premier vol

Queenstown n’étant plus très loin, nous avons la liberté de prendre touuut notre temps avant de rejoindre le père de Noëmi dans une semaine.
Nous repartons tranquillement de chez Linda et longeons le lac pukkaki sur de la piste en moyen état. Arrivés au bout de celui-ci, nous rejoignons l’itinéraire cyclable « Alps to Ocean » qui nous permet d’éviter la route principale. Le temps est superbe et la vue qui nous entoure enchanteresse. Pour la première fois, nous nous arrêtons en pleine matinée pour ressortir le réchaud et nous offrir un petit café devant ce décor fabuleux vue sur le mont cook :




Nous poursuivons notre chemin vers le 3ème lac du coin : le lac Ohau, en longeant un canal de la même couleur bleu turquoise que les lacs.

En route, nous découvrons une montagne qui nous plait car elle semble propice au vol, cela tombe bien, il y a une randonnée dessus. Nous changeons donc nos plans et plantons la tente au pied de la Greta Walk.
Ce côté du lac est encore sauvage et non habité, nous y dormons donc sereinement.

Le lendemain matin nous découvrons un brouillard très présent… Nous décidons de quand même y aller, on ne sait jamais si ça s’ouvre! Nous entamons donc la montée tôt le matin, avec un espoir qui diminue au fur et à mesure quand on voit l’épaisseur des nuages… On finit par passer au dessus de ceux-ci et découvrons un super lot de consolation avec cette immense mer de nuages!


Nous restons un certain temps au sommet, et lorsque l’on décide de finalement redescendre, le ciel commence à s’ouvrir petit à petit…


Pour finalement être complètement dégagé lorsque nous arrivons sur un lieu propice au vol! Et ainsi, Antoine prend son premier envol Néo Zélandais!


Cette super rando, ce premier vol et les paysages qui nous entourent nous donnent du courage pour reprendre directement nos vélos en arrivant en bas pour retrouver la piste cyclable qui nous mène petit à petit vers la route principale. Le soir nous poserons notre tente à Omarama.

Qui dit piste cyclable en Nouvelle Zélande, ne veut pas dire revêtement ^^


A Omarama on fait un tour dans une boutique de vêtements en merinos. Spécialité du coin, c’est dans cette ville que la marque « icebreaker » a été créé pour ceux qui la connaisse. On y rencontre Adrien et Clarisse, deux cyclos français partis depuis un an de la France, mais en prenant une autre route que nous !
Ils vont vers la côte Est et nous vers les montagnes à l’ouest. Nous nous retrouvons autour d’un café et reprenons nos chemins ensuite. Pendant qu’ils continuent sur la piste cyclable, nous reprenons la route vers un groooos col… Bon Ok, les cols sont mignons ici et on y arrive facilement d’autant qu’on a le vent dans le dos un plus non négligeable!



Bivouac au top

En Nouvelle Zélande, il y a, à disposition des voyageurs, des lieux de camping en accès libre avec des toilettes sèches. Nous essayons d’en profiter au maximum et il y en a justement un qui nous intéresse grandement dans la descente du col. Seul inconvénient? Le lieu se situe de l’autre côté de la petite rivière que nous suivons, et nous avons deux possibilités pour le rejoindre: Tenter la traversée de cette dernière ou rouler 6km pour rejoindre le pont puis 6km dans l’autre sens.

Nous choisissons la première option, et bien que nous ne soyons pas sûrs d’avoir gagné du temps en traversant la rivière, cela nous a offert une douche (fraîche certes mais quand même!) et une super aventure supplémentaire 😀



Le lieu de camping est isolé de l’axe principal et est vraiment agréable, comme nous avons de quoi tenir sans faire de courses supplémentaires, nous décidons d’y rester deux nuits et de faire une rando du coin qui nous emmène à son sommet et nous offre une belle vue sur Wanaka et un bout de son lac.



Belle rencontre avant les retrouvailles

La veille de retrouver le père de Noëmi, nous sommes hébergés chez Tim et Jane. Un Écossais et une Australienne maintenant naturalisés Néo Zélandais, vivant à Cromwell au milieu d’une région viticole. Tim est photographe et a traversé l’Amérique du Sud en vélo. Les discussions vont bon train et nous échangeons sur nos expériences. Nos récits de la Mongolie le fascinent au grand drame de Jane qui reste à la maison lors des grands projets de Tim. Le prochain projet en date de Tim est la traversée à pied de la Nouvelle Zélande en 5 mois.


En temps normal nous aurions eu du mal à quitter ce cocon offert par Tim et Jane, mais Noëmi est plus que motivée à retrouver son père après 8 mois sans se voir. Notre seule inquiétude en les quittant est liée aux événements actuels. La Nouvelle Zélande vient de mettre un place un confinement autonome pour tout étranger entrant sur le territoire à partie du 15 mars 23h59 et nous sommes le 16 mars matin… Nous remontons de jolies gorges pour aller à Queenstown, bien qu’un peu fréquentés. Jane nous avait prévenu, la route est loin d’être plate et après quelques poses émerveillement devant la vallée et ses points de vue, nous arrivons pile poil à l’heure pour l’arrivée de l’avion du papa de Noëmi. Les autorités le laissent entrer sur le territoire après qu’il leur ai expliqué qu’il ferait son confinement avec nous dans le van qu’il a loué pour le voyage.


Les prémices de l’arrivée du covid en Nouvelle Zélande…

Gorge entre Cromwell et Queenstown