Reprise difficile sous la chaleur : Du 2 au 12 janvier (Bangkok > Hat Wanakon)

13 janvier 2020 3 Par L'Envol à Vélo

Après avoir goûté au confort (et à la clim) pendant presque deux semaines, c’est difficile de se remettre en route avec ces températures….


Faux départ

Jeremy et Amélie sont repartis le 2 janvier en direction de Chiang Mai. Alors que nous aurions voulu rester une nuit de plus avant de repartir, l’hôtel était complet. Nous en avons donc réservé un autre à 7 km à l’ouest de Bangkok, histoire de sortir un peu de la ville. Nous faisons un détour par un decat (oui oui, il y a des decat à Bangkok 😁) pour quelques courses dont le rachat d’un porte bidons pour la nouvelle orga du vélo de Noëmi :

Nous nous sommes délestés de ses deux sacoches avant (env 1,3 kg) et nous laissons le porte bagage avant (1,5 kg) sur Bangkok, pour que Maxime (cyclo avec lequel nous avions roulé au Laos) le récupère. Nous nous sommes également fait livrer une sacoche de cadre par Amélie et Jérémy, ce qui permet de regagner un peu de volume.
Ainsi, les bidons de Noëmi sont maintenant placés sur sa fourche :

Vélonono 2.0


Dans notre nouvel hôtel, nous passons la soirée avec une vieille connaissance : Lu !

Nous l’avions rencontré à Xining, en Chine, lorsque nous attendions la livraison de nos vélos après avoir pris le train. Il était en voyage également, tout en travaillant à distance, et il continuait celui-ci en Thaïlande à Chiang Mai. Il s’est pris un train de nuit pour nous rejoindre et visiter un peu Bangkok!


Le 3 janvier, la motivation n’était toujours pas au rendez vous pour reprendre la route. On reste ainsi une journée et une nuit de plus dans cette auberge et repartirons de Bangkok finalement le 4 janvier.


1 er vol de l’année pour Antoine

On se fait une bonne première journée afin de quitter rapidement l’agglomération. On se retrouve sur les 100 premiers km sur une route peu agréable…


Nous longeons un peu la côte qui est composés de marais salant (pour les plages paradisiaques on attendra un peu) avant de retourner dans les terres, en direction d’un 1er site de vol : Khao Dan à Petchaburi.

Au milieu des marais salants


Nous arrivons un peu trop tard pour voler dans l’après midi et nous assissions à l’atterrissage d’un pilote japonais avec qui on parle bien. La « gérante » du site passe le récupérer et nous autorise à planter la tente à l’atterrissage, où il y a un petit abri.

De l’ooooombre !


En milieu de matinée, nous marcherons une heure pour rejoindre le décollage. Antoine s’élancera dans des conditions déjà un peu fortes, trop fortes pour Noëmi qui préférera renoncer et redescendre à pied.

Après l’atterrissage et après avoir laissé passé les heures chaudes, nous repartons pour une dizaine de km seulement direction l’hôtel…

Et surtout, la santé !!

2020 n’aura pas commencé de la meilleure manière à ce niveau là. Nos jambes nous font des misères!

Antoine a d’énormes courbatures qui le réveillent la nuit et l’empêche de pédaler confortablement. La petite montée vers le déco a d’ailleurs été bien compliquée physiquement… d’où notre arrêt à l’hôtel après 15km de vélo.
Repos, réhydratation (on a un peu oublié de bien boire le premier jour et ça n’a pas loupé…), remise à niveau côté nutriments avec bananes, cacahuètes et pain complet le tout rythmé par les massages. Les jambes vont un peu mieux lorsque l’on repart après 2 nuits et un pédalage plus calme fait le reste du boulot.

De son côté Noëmi fait une réaction allergique au soleil. Nous ne savons pas dire si c’est dû à la crème soleil, la transpiration ou autre… toujours est-il que la meilleure protection reste le pantalon, pas idéal avec la chaleur mais nécessaire.

On repart donc tout doucement, sans forcer, en direction de notre 1er bivouac sur la plage.


Une histoire de parc nationaux

La Thaïlande comporte de nombreux parcs naturels offrant tous un espace de camping avec douches, sanitaires et un restaurant. Les prix y sont variables, notamment si l’accès au parc est payant ou non. Mais cela reste un luxe que l’on peut s’offrir et la douche en fin de journée est souvent bénie!

La route qui longe la côte est une scenic road, et par conséquent est bien souvent aménagée avec une vraie piste cyclable la longeant. Sur certains tronçons nous roulons même au bord de l’eau ce qui est un vrai régal! Nous voilà arrivé au paradis des cyclistes!

Tu nous avais manqué 🥰

Par contre, une brume assez épaisse nous gâche un peu la vue, qui, par endroits, pourrait être magnifique. Nous apprenons qu’il y a eu un pic de pollution à Bangkok et comme le vent vient du nord, c’est potentiellement lié… Nous avons vu aussi quelques feu de forêt pouvant être également une cause.. Ou c’est peut être simplement de la poussière. Bref, on en sait rien !

La 1ère partie de la côte n’est pas la plus belle, avec la traversée de la ville d’Hua Hin et ses centaines d’hôtels et de plages privées.. Même en s’éloignant on en trouve encore quelques uns :


La suite sera bien plus agréable notamment avec l’arrivée dans le parc forestier de Pran Buri :


Le lendemain, la route est juste fantastique, longeant des plages désertes.

Huuum le bon air de la mer 🙂
Notre premier perroquet!


Nous arrivons au parc Khao Sam Roi Yot. Malheureusement, pour accéder au camping il nous faut payer l’entrée dans le parc qui n’est pas donné : 400 bath pour deux (13€ environ), plus 60 pour le camping..
Sur le coup nous trouvons ça cher… (la veille on avait payé 100 bath soit un peu plus de 3€ pour le tout… ) Mais il est vrai que le cadre est superbe, la plage propre, le restaurant ouvert le soir… Le billet nous donne l’accès au parc pendant 5 jours alors nous décidons d’en profiter et restons un jour de plus sur place.

Ainsi, le lendemain matin nous enfourchons nos vélos à vide pour aller 5 km plus loin pour aller visiter une grotte du parc. La marche d’approche de 250m nous fait suer toute l’eau de notre corps mais nous sommes récompensés une fois arrivés. Nous somme seuls dans cette grande grotte, la partie accessible n’est pas très étendue mais nous offre un cadre magnifique avec un puits de lumière qui fait jouer les rayons lumineux de nos appareils.


De retour au parc en début d’après midi nous nous offrons une après midi complète de farniente entre bouquins et baignade.

Lever du soleil pour notre départ, retardé par la brume toujours présente


Le lendemain, nous repartons de bonne heure et de bonne humeur pour 90km afin d’atteindre le prochain parc naturel de Hat Wanakon d’où nous écrivons ces quelques lignes. Après 90 km nous nous offrons le luxe d’un nouveau jour de pause bivouac en bord de mer et paysages paradisiaques… On avance peu mais c’était prévu 😁


En effet, après avoir bien roulé en Asie dans des conditions pas toujours simple, on a décidé de réduire la voilure. Notre prochain objectif est Kuala Lumpur, où nous aurons un avion à prendre le 17 février, ce qui nous laisse un temps plus que raisonnable pour y parvenir.
Nous avons fait le choix de ne pas aller jusqu’à Singapour, qui aurait pourtant été le « bout » de l’Asie continentale, dans le but de prendre notre temps pour profiter des plages thaïlandaise et des potentiels sites de vols.

Nos nouveaux amis!

Ainsi, allant de parc en parc, traversant des zones sans trop d’habitations et d’agitations humaines, nous faisons la rencontre de beaucoup d’animaux!


Noëmi retrouve les plaisirs de la mer et nous fait un remake de « Martine à la plage » en ramassant des coquillages et observant la vie lorsque la mer se retire…


Tout ça pour vous dire que nous n’avons pas fini de longer cette côte est Thaïlandaise et que pour le moment on l’aime beaucoup!
Nous avons déjà repéré nos prochains lieux de vol potentiel et plages où nous pensons nous arrêter… Vous avez pas fini de voir des photos de plages 😋