Un peu de vélo, beaucoup de visites et du train à la folie : Du 14 au 28 juillet (Narva – Irkutsk)

29 juillet 2019 3 Par L'Envol à Vélo

Premier Visa, premières contraintes.

Grâce à l’agence Fast-Visa, nous avons obtenu notre visa russe sans trop de travail ni de difficultés : 120 euros chacun pour le visa, tout compris (dont lettre d’invitation, et formulaires remplis à notre place). Nos passeports nous ont été emmenés par les parents d’Antoine à Tallin : pratique.
Cependant, cela impliquait quand même certaines contraintes: Nous devions donner des dates précises pour la validité de 30j : ça sera du 14 juillet au 12 août. Notre calcul s’avère plutôt bon car nous campons à la frontière le 13 au soir !

Aussi, le fait de n’avoir que 30 jours de visa nous oblige à prendre le train entre Saint-Pétersbourg et Moscou, ce qui nous permettra de visiter et Saint-Pétersbourg et Moscou avec les parents de Noëmi !

Passage de la frontière

La veille, nous avions tous deux une petite appréhension de passer cette frontière, après toutes les mises en garde reçues sur les conducteurs russes. Le passage au cyrillique nous fait également un peu peur ^^.

La frontière se passe facilement. Nos sacoches ne sont pas fouillées, et nous passons seulement une demi heure pour passer les 2 postes frontière (dont 10 min à marcher sur le pont les séparant).


1er passage de frontière terrestre : ça c’est fait !

Nous trouvons rapidement et facilement une carte SIM locale avec internet pour 15 roubles par jour, donc 500 roubles, 7 euros, pour le mois (avec les quelques frais supplémentaires). Plutôt honnête.

Nous donnons enfin nos premiers coups de pédales vers 11h, une fois ces étapes passées ! Nous commençons par prendre la seule route pour rejoindre l’intérieur du pays : l’autoroute E20.
Nous ne la trouvons finalement pas si dangereuse que ça : elle est bien large, et a un bas côté de 2 mètres en gravier, nous permettant de nous décaler facilement si besoin. Et c’est très plat et très droit, ainsi nous avons une bonne visibilité (et les automobilistes aussi).

Après une bifurcation, nous recroisons une cycliste allemande que nous avions croisé vers Kemi, il y a un mois, en Finlande ! Elle a fait le tour de la Baltique, revient de Saint-Pétersbourg pour aller à Tallinn. La Russie n’est pas si grande que ça finalement ! 🙂

Avant notre 1er bivouac, nous demandons et recevons de l’eau potable dans un petit village, sans problème et avec un grand sourire !

Premier coin de bivouac trouvé sur le seul lac de notre parcours :


Le lendemain, nous avons prévu 90 km pour rejoindre nos hôtes Warmshower à Peterhof. Bien motivés par la vue d’une belle douche chaude, nous partons tôt et avançons rapidement. Nous tâchons de ne pas aller trop vite non plus car un gros nuage de pluie nous précède, il nous arrosera la route toute la journée, en restant bien sagement devant nous.. La chance est toujours de notre côté…

Les premiers contacts avec la population russe se font très bien : Nous croisons énormément de sourires avec pas mal de curiosité.. C’est quand on essaye de communiquer que ça se complique ! Bien que nous ayons appris quelques mots avec notre guide de conversation Lonely Planet, le plus simple reste de parler avec des gestes.



Peterhof et découvertes culinaires

Nous sommes accueillis par Tatyana et Arkady pour 2 nuits. L’an dernier, ils ont fait un voyage en vélo en France, de Paris à Strasbourg puis Besançon, en 2 semaines.
Ils ont d’ailleurs adoré Besançon (ça fera plaisir à quelques personnes qui se reconnaîtrons ) !

Ils nous cuisinent des plats locaux et nous nous en régalons.
Poulet Kiev le 1er soir : Poulet pané fourré aux herbes
Et les fameux pelmeni le deuxième soir : Sorte de raviolis russes, que nous retrouvons partout par la suite.

Nous avons également le droit à notre 1ère vodka 🙂


Nous profitons d’être à Peterhof pour visiter les jardins du château éponyme :


Quand on arrive en ville

40 km seulement nous séparent du centre de Saint-Pétersbourg. Nous partons aux aurores, en même temps que nos hôtes qui travaillent. Nous suivons l’itinéraire qu’ils nous ont conseillés et ne sommes pas déçus, nous faisons une bonne partie du trajet dans la forêt, ce qui permet d’éviter un trafic dense.

Ne pouvant pas passer derrière car bien gardé, nous passons devant le palais des congrès et continuons le long de la route principale.

Nous croisons quelques très vieux bâtiments en brique mais aussi des petites églises orthodoxes et autres bâtiments très jolis :


Nous arrivons enfin sur la place de l’Ermitage :


On tourne ici la page européenne de notre voyage à Vélo !


Retrouvailles et visites culturelles

Les parents de Noëmi, Martine et Olivier, nous rejoignent depuis Paris le soir même.


Nous aurons le droit à une guide rien que pour nous pour un tour de la ville et la visite de la Forteresse Pierre et Paul, sous un temps bien humide !


Suivie par une journée de visite de l’ermitage, pour Noemi et ses parents : le « louvre » Russe. Le musée est tellement grand que les Russes disent que pour en parcourir toutes les pièces, cela représente 24km. Nous avons dû faire des choix!


Puis d’un symbole de la ville : la cathédrale Saint-Sauveur-Sur-Le-Sang-Versé, qui est sublime, autant de l’extérieur que de l’intérieur. Cette cathédrale a été construite en l’honneur de l’empereur Alexandre II sur le lieu exact de l’attaque ayant entraîné sa mort.

Nous aurons aussi le droit à un concert sur la place de l’ermitage bien appréciable durant notre séjour.


Il y a beaucoup de choses à voir dans cette superbe ville ; architecture, culture, canaux, bâtiments colorés… mais outre l’aspect culturel, ça doit être très agréable d’y vivre !

Premier Tchou tchou

Nous prendrons un premier train dans la nuit du 21 et 22 juillet, tous les 4, pour rejoindre Moscou. Il part à minuit pour une arrivée à 9h. Ainsi la journée précédant ce train, nous laissons nos vélos en consigne à la gare : pas des plus simple mais pratique.

Nous rentrons les vélos tant bien que mal dans le train. (A noter que les billets ont été achetés en amont par Marine et Olivier avec une agence en France. Celle ci s’est assurée qu’on pouvait emporter les vélos).
Nous avons un compartiment pour tous les quatre donc ça passe en se serrant !


Visite capitale

Dans Moscou nous visiterons ensemble le Kremlin et la place rouge guidés cette fois encore par une guide. Chacun en ressort avec un sentiment « je ne m’attendais pas à ça » sur des sujets différents.


Nous nous perdons dans le métro Moscovite qui nous a souvent été conseillé de par sa diversité et son originalité. Nous y découvrons de nombreuses représentations de l’idéologie soviétique.

Nous passons aussi devant le bâtiment appelé Loubianka, qui ne nous parle que par les livres l’histoire mais qui laisse encore une forte impression aux parents de Noëmi. Notre guide qualifiera le bâtiment de « le plus beau mais le plus tragique ».

Loubianka (bâtiment du KGB)


Transsibérien

Nous quittons Olivier et Martine le 24 juillet, l’heure pour nous de vivre l’expérience du transsibérien ! C’est fort agréable d’avoir 4 bras de plus pour ce genre de situation 🙂

Pour l’aspect pratique, lors de l’achat de notre billet, nous avons réservé un « extra luggage » chacun, correspondant à nos vélos. En arrivant devant la voiture 5 (tel que noté sur nos billets « vélo »), nous devons tout de même enlever la roue avant.
Nous avons laissé chacun quelques sacoches dessus, dont nous n’aurons pas l’utilité. Ils sont rangés facilement dans une espèce de réserve.. Nous les retrouvons quelques jours plus tard !

En effet nous avons exactement 3 jours et demi de voyage, avec 4 nuits prévue à bord. L’arrivée étant prévue le 28 juillet à 6h du matin, après plus de 5000 km parcourus.


Vie à bord

Les journées sont courtes : moins de 23h ! En effet nous allons vers l’est et nous « perdons » plus d’une heure en décalage horaire par jour, en moyenne.

De l’eau chaude est à disposition à bord dans un « samovar », bouilloire russe. Nous avions bien prévu un stock de nouilles chinoises, principale source d’alimentation durant 4 jours.

Petit complément : fromage et saucisson français ! Merci à Martine et Olivier !

(faites pas attention au doigt…)


Nous faisons goûter le fromage à nos voisines mongoles, et on sent qu’il passe difficilement ^^. Elles se vengeront en nous proposant un « thé » mongol qui a un goût.. particulier. Oui voilà, disons particulier…

Ces deux jeunes filles rentrent de Saint-pétersbourg, après y avoir passé l’année pour étudier. Ainsi, elles ont déjà pris ce train quelques fois, ce qui se voit d’ailleurs dans leur belle organisation (comparée à la notre…).
Elles nous apprennent nos premiers mots mongols (ouuuh ça va être dur), et apprenant notre tour du monde à vélo, l’une d’entre elle nous invite chez elle !
Elle habite à la frontière russe, sur notre trajet, et nous y donne rendez vous dans quelques semaines.. On aime déjà ce pays.

Sinon, on lit beaucoup, Noëmi écrit son journal de bord, et fait de la jolie couture pour compléter le matériel. On se perd aussi dans les décors, et on dort beaucoup…


Antoine prépare le dossier du Visa chinois qu’on a prévu de faire à Irkoutsk. En effet, des locaux à Oulan Bator nous ont clairement déconseillé de le faire à cet endroit à cette période, avec toutes les demandes des étudiants mongols en partance pour la chine pour les études. D’autres voyageurs nous l’avaient déconseillé aussi, on se dit qu’on va essayer d’assurer à Irkutsk, en express, avec les 15 jours de visa qu’il nous reste.

Nous appréhendons l’arrivée très matinale (6h du matin), annoncée sous des trombes d’eau. Pour cela nous nous préparons la veille au soir avant l’extinction des feux de 22h. Toutes les sacoches sont prêtes, les vêtements de pluie sont de sortie.
Nous aurons finalement la chance d’échapper aux trombes d’eaux! Le train arrivera avec 5h de retard en gare d’Irkutsk. Notre retard inquiète un peu nos hôtes car cela « n’arrive jamais ». Ils nous accueillent pour deux nuits, ce qui nous permettra de nous poser et d’aller à l’ambassade chinoise sereinement, puis d’attaquer l’Asie à la pédale !

Arrivée : Nous avons réussi à tout récupérer dans les temps!