La magie des reliefs : Du 5 au 14 avril (Bergen > Molde)

15 avril 2019 4 Par L'Envol à Vélo

Retour à notre cadence

Nous arrivons à Bergen un peu fatigués, le changement de rythme avec Estelle et Max a laissé quelques traces 🙂

Nous sommes accueillis par la famille Tronnes : 4 filles = 2 mamans (Helen et Susan), et deux filles de 3 et 5 ans (Synne et Tuva) qui sont pleines d’énergie.
Petite sortie à la maison d’Edvard Grieg, célèbre compositeur et pianiste, né et mort à Bergen (nous ne connaissions pas son nom, mais effectivement, tout le monde connaît ses musiques). Nous profitons des pancakes cuisinés sur place au réchaud (et cela nous donne des idées pour la suite !).


Nous passons à Bergen le lendemain, grâce à nos hôtes qui ont la gentillesse de nous accepter une nuit supplémentaire.


Une image vaut mille mots

Pour ce qui est de l’itinéraire entre Bergen et Molde, nous profitons d’un soleil radieux pour admirer ces merveilleux paysages. Nous pouvons préciser que nous contournons le magnifique massif de Jostedalsbreen, qui abrite le plus grand glacier d’Europe continentale.

Un jour, une image 🙂

06/04 : Entre Lindas et Kaland
07/04 – Nord de Leirvik
08/04 – Bivouac au bord du lac d’Haukedalsvatnet
09/04 – Vue depuis Skei
10/04 : Vue depuis la station Utvikfjellet, vallée de Byrkjelo
11/04 – Bivouac à proximité de Loen
12/04 – Vers Flo, le détour de 40km valait le coup (voir plus loin 🙂 )
12/04 – Bivouac à Grodas
13/04 – Point de vue sur le Geirangerfjord
14/04 – Arrivée à Molde en ferry, ce qui donne du recul sur le massif


Pérégrinations


Au milieu de ces paysages magnifiques, nous voici accueillis chez Marc et Diane qui connaissent aussi le voyage à vélo et nous offrent un fabuleux « repas de sportif ».
Ils sont respectivement Anglais et Lituanienne. Nous parlons avec eux de l’adaptation à la Norvège en tant qu’étrangers, ce qui est très intéressant. Nous apprenons également que durant l’hiver, leur ville Sandane ne voit jamais le soleil car il est caché par les montagnes aux alentours… Nous sentons que nous nous rapprochons du Nord ! 🙂

Sympa la vue !


Le lendemain, jolie surprise :

Nous croisons nos premiers rennes sauvages !


Un midi, nous rencontrons également David, un français parti en van de France le 18 février, 4 jours après nous !
Cela fait aussi longtemps que nous qu’il explore le pays et notamment ses salles d’escalades. Nous nous donnons rendez vous le soir pour camper ensemble, afin de vaquer chacun à nos occupations. Parapente pour nous :
https://youtu.be/JyDrbyQaDBM , et randonnée pour lui.

Coin sympa pour fêter nos réussites de la journée

Il revient des Lofoten pour sa part et repart vers le sud. Il nous partage de superbes photos des aurores boréales… Cela ne fait que raviver notre rêve un peu fou d’en voir une au mois d’avril, ce qui peut être compliqué mais possible si on a de la chance. L’avenir nous le dira et pour le moment nous devons continuer de monter vers le nord si nous voulons voir ce projet fou se réaliser!

Et pour cela, rien de tel qu’on bon raccourci trouvé par Antoine via une de ses appli GPS pour le lendemain. Raccourci qui nous mène à Flo, un petit village le long du splendide lac de Oppstrynsvatnet, nous nous délectons du paysage jusqu’à arriver face au dit raccourci. Tenant plus du chemin de randonnée que de la route et déconseillé en cette saison par les habitants « For your own savety », nous tentons quand même le coup, à tort car le col est effectivement bien bloqué par la neige !
Nous n’avons pas d’autre choix que de faire demi tour. Cela nous vaut un détour de 2x 20 km pour revenir à notre point de départ : Stryn, mais ça valait le coup !

Nous avons bien failli faire de nouveau face à cette mésaventure en arrivant au ferry pour Molde. Cette fois-ci la route est présente sur notre carte, mais il n’était pas mentionné qu’elle se transformait en piste de ski de fond pour le passage du col. Après quelques explications des locaux, nous décidons qu’il est possible pour nous de l’emprunter en poussant un peu le vélo, ce qui nous vaut la situation cocasse de rouler avec des fondeurs!


Dans ces péripéties, nous vivons également notre première « journée des tunnels » avec 12 km de tunnels en 3 fois, dont un de 4 km en montée à 5%.

Contrairement aux idées reçues, la gêne respiratoire que nous subissons le plus n’est pas due aux gaz d’échappement des véhicules, mais à la poussière ambiante présente dans les tunnels Norvégiens. Ceux-ci ne sont pas équipés comme nos tunnels français de gros ventilateurs qui font circuler l’air. La poussière s’accumule donc et nous essayons de placer nos tours de cou devant notre visage pour en respirer le moins possible.

Enfin, nous approchons pâques, qui est bien plus fêté en Norvège qu’en France : Ils ont 3 jours fériés qui encadrent ce weekend donc beaucoup de Norvégiens en profitent pour poser quelques jours et retrouver leur famille. Malheureusement pour nous, c’est plus compliqué de trouver un hébergement. Heureusement pour nous, Dag, qui nous avait hébergé à Bryne, nous fait profiter de son réseau et nous voici hébergé chez un de ses amis d’enfance Geir ! Ils nous accueillent en famille avec sa femme Unn et ses deux fils Daniel et Tobias.
Un beau jour de repos en leur compagnie, nous nous sentons comme à la maison 🙂

Beau repas en famille !
Vue sympa de leur terrasse