Helsinki et belle découverte estonienne : Du 2 au 13 juillet (Helsinki – Tallin – Narva)

13 juillet 2019 2 Par L'Envol à Vélo

Durant 4 jours, nous sommes accueillis par Petri et Tiinas, dans la maison familiale, avec leurs 3 enfants qui ont aux alentours de la vingtaine. Petri est le cousin de Pia, une voisine de la maison familiale de Noemi en Ardèche (La Coste, pour ceux qui connaissent 😉 ), c’est ainsi que nous avons pris contact avec ce couple.

Nous ferons partis de la famille durant cette période, l’occasion de se reposer comme il se doit et aussi de redonner une nouvelle jeunesse à nos vélos. Un grand merci à eux pour leur accueil !



Nouvelle jeunesse

Comme prévu, nous devons bricoler un peu nos vélos qui ont déjà 6500 km dans les roues. Ainsi nous effectuerons les travaux suivants ;

– changement des deux chaines (déjà changés auparavant)
– retournement du pignon arrière Rohloff
– vidange du moyeu Rohloff (à faire tous les ans ou tous les 5000kms)
– nettoyage et dégraissage en profondeur
– switch des roues arrières et du plateau entre Noemi et Antoine (différence de poids et donc d’usure.. et Noemi est également plus douce sur ses pédales)
– ajout d’un porte bidon et d’un bidon sur le vélo de Noemi : capacité d’un litre supplémentaire.
– changement des patins de freins

Tous ces travaux sont liés à l’usure normale du vélo, rien à déclarer côté casse pour le moment !

Nous en profitons également pour sortir de nos sacoches tout ce qui n’a pas été utilisé durant les premiers mois de voyage, ce qui fait un bon volume. Eh oui, nous le savions, nous avons pris trop d’affaires :).

µ
Helsinki


Nous profitons également de ces quelques jours pour visiter Helsinki. Cette capitale nouvelle (depuis 1917 seulement) conserve quelques beaux édifices. Mais comme la ville a été bombardée durant la 2ème guerre mondiale, il n’y a plus vraiment de centre ville historique.


Nous rejoignons ensuite Petri, qui nous avait hébergé juste avant Helsinki ! Il nous a proposé une visite guidée en dehors des sentiers touristiques. Nous embarquons dans sa voiture et faisons un petit tour en périphérie de la ville.

Petit café en sa compagnie


Le 5 juillet nous quittons nos merveilleux hôtes et prenons le ferry en direction de Tallin.

Estonie, nous voilà !


Tallin

Nous sommes rejoint à l’hôtel (grand confort !!) par Alain et Claude, parents d’Antoine, pour 3 jours de visite.
il se trouve que nous arrivons pendant le festival estonien de la chanson et de la danse, qui a lieu une fois tous les 5 ans seulement.
Nous avons ainsi le droit à une parade en centre ville, de chaque comté d’Estonie, en habits traditionnels :


Nous découvrons ensuite la vieille ville de la capitale, faisant parti du patrimoine mondial de l’Unesco :


Les jours suivants, nous nous éloignons un peu du centre et découvrons des abords de ville bien sympathiques, avec une nature très présente.


Un peu d’histoire


Durant ces 4 jours nous découvrons l’histoire de ce pays méconnu. Pour les grandes lignes récentes, ce pays est devenu indépendant seulement en 1918.
Il a ensuite été envahie par la Russie en 1941 et durant les années 40 et 50, un cinquième de la population estonienne a été déporté ou exécutée. Nous irons au Mémorial aux victimes du communisme où sont écrit tous les noms des estoniens mort durant cette période..


L’Estonie a de nouveau été indépendante en 1991, après l’éclatement de l’URSS. Elle a ensuite rejoint l’UE en 2004, lui permettant ainsi, à l’instar de la Finlande, d’avoir un poids vis à vis de la Russie.


La côte estonienne

Nous repartons le 9 juillet, plein est, vers la Russie. Après 4 jours de grand confort et les retrouvailles familiales, le départ est difficile !
Aussi, nous ne sommes pas pressés car la validité de notre visa débute le 14 juillet, ce qui ne nous aide pas à avancer 🙂 .

Nous découvrons que l’Estonie possède également des lieux aménagés pour camper, pour notre plus grand bonheur !

Malheureusement, notre première nuit en dehors de Tallin est courte… En effet, nous avons l’impression d’être au milieu de nulle part mais à 22h de la musique se met en route avec de bonnes basses… On sait pas vraiment d’où ça vient, ne voyant personne aux alentours, donc on fait avec et la musique ne s’arrête que vers 6h du matin.

Nous faisons un tour du coin le lendemain matin, une fois tout remballé, pour percer le mystère. Toujours rien, si ce n’est une belle plage à 500m de notre bivouac, où une petit fête a dû avoir lieu (on suppose). Bref, nous dormirons mieux le deuxième soir !


1er bivouac après Tallin


Nous découvrons la côte, entre un peu de routes forestières, de routes secondaire et l’autoroute E20, que nous sommes obligés d’emprunter quelques fois.

La route longera souvent la côte, où nous surplomberons la mer depuis des belles falaises.


Nous nous arrêtons sur l’une de ces falaises pour enfin ressortir le parapente ! Le site étant répertorié sur Internet, nous y arrivons avec beaucoup d’espoirs. Mais le vent n’étant pas dans la bonne direction, nous ne volerons finalement pas.

Petit à petit, des bâtiments de l’ère soviétique apparaissent dans le paysage.. la frontière russe se rapproche !

Nous traversons la jolie ville de Sillamäe peu avant la frontière. Le centre ville est constitué de belles bâtisses bien restaurées datant de l’URSS.


En fin de journée nous trouvons un lieu de bivouac parfait, et nous ne sommes pas les premiers cyclos à y arriver. Ainsi, nous rencontrons Christiane, une Allemande qui est elle aussi partie pour un voyage au long court à vélo, avec qui nous passerons la soirée.
Elle nous donnera des conseils pour la Russie, puisqu’elle en est sortie la veille, et nous échangerons nos devises : nous voici avec nos premiers roubles en poche !

Aussi, en nous installant, c’est un père et son fils, deux estoniens, que nous croisons. Ils sont, pour leur part, sur un séjour d’une petite semaine en VTT, leur objectif étant de parcourir petit à petit les 3 routes qui traversent l’Estonie. Cette rencontre nous fait tous bien rire, car ce n’est pas si souvent que nous nous retrouvons à autant de cyclos au même endroit.



Après avoir passé une soirée complète à refaire le voyage à vélo avec Christiane, à échanger sur nos astuces mutuelles pour le matériel, nous repartons le matin en direction de Narva. La ville frontalière est notre porte d’entrée vers la Russie. Nous y arrivons en début d’après midi, un jour avant la validité du visa. Nous patientons dans un café, ce qui nous permet de recharger les batteries et d’écrire cet article ! 🙂

Frontière russe


Demain, 14 juillet, jour de fête nationale en France nous passerons cette frontière qui signifie pour nous la fin de Schengen, le début des contraintes avec les visas et le premier passage vers l’occident!